Archives par mot-clé : Mexique

Les sociétés indiennes entre classifications ethnographiques et mémoire collective. Époque coloniale – début XXe siècle / XXIe siècle »

Affiche colloque Giudicellidéf-corrigée

programme -Sociétés indiennes- 21-23 mars.

Ce colloque aura pour but d’étudier, dans une perspective comparative mêlant approches historiques, archéologiques et anthropologiques la formation de « groupes ethniques » dans plusieurs pays d’Amérique latine entre la période coloniale et le premier quart du XXe siècle. La brûlante actualité des revendications autochtones et des opérations –souvent contradictoires– de patrimonialisation et d’exotisation des Indiens dans les pays considérés, nous impose d’ouvrir notre réflexion aux dernières mutations de ce processus, en nous intéressant à la période très contemporaine. On constate en effet que les tensions et les conflits actuels s’appuient explicitement sur la sédimentation taxinomique antérieure.

Este coloquio apunta a estudiar, en una perspectiva comparativa que mezcla enfoques históricos, arquológicos  y antropológicos, la formación de « grupos étnicos » entre el periodo colonial y las primeras décadas del XX, en varios países de Hispanoamérica. La candente actualidad de las reivindicaciones autóctonas y de las cuestiones –a menudo contradictorias– de patrimonialización y exotización de los indígenas en los países considerados impone prolongar nuestra reflexión a las mutaciones de este proceso, e interesarnos al periodo muy contemporáneo. No podemos menos de constatar que los conflictos y tensiones actuales se apoyan explícitamente en la sedimentación taxonómica anterior.

Continuer la lecture de Les sociétés indiennes entre classifications ethnographiques et mémoire collective. Époque coloniale – début XXe siècle / XXIe siècle »

Les Indiens et la nation au Mexique. Une dimension historique de l’altérité

 

Paula López Caballero, Les Indiens et la nation au Mexique. Une dimension historique de l’altérité, Paris Karthala, 2012, ISBN : 978-2-8111-0717-8

Les populations autochtones du Mexique sont souvent regardées comme les dernières des survivantes, ou des résistantes, face à l’occidentalisation et à la globalisation. Cette représentation repose sur l’idée que la frontière censée les séparer du reste de la société va de soi.

Or, une enquête d’ethnographie historique menée dans un arrondissement rural de Mexico, considéré du XVIIe siècle aux premières années du XXIe, démontre que la « culture » ou l’« identité » de ces groupes n’est pas une question d’origines, mais de positions dans un champ d’identification qui varie d’une époque à l’autre, et dont l’État-nation est un déterminant.

Le raisonnement anthropologique permet de dépasser le langage de ce dernier – celui des institutions, de la législation, des politiques publiques – pour traiter des interactions sociales concrètes, historiquement situées, au cours desquelles sont produites les différentes manières de définir (ou d’auto-définir) ce que signifie être autochtone. Sont ainsi rassemblés dans un même horizon analytique deux objets d’étude habituellement pensés de manière indépendante, voire antagonique : l’État-nation et les Indiens.