Essai d´histoire croisée des politiques publiques du handicap en Argentine, au Brésil et en Espagne (1956-1982)

Soutenance de la thèse de Gildas Brégain :

“L´internationalisation imparfaite d´une modernité nord-atlantique. Essai d´histoire croisée des politiques publiques du handicap en Argentine, au Brésil et en Espagne (1956-1982)”
Université Rennes 2, le 2 juin 2014.

manifestation organisée le 27 avril 1978 à Valence par l’ASPRONA
manifestation organisée le 27 avril 1978 à Valence par l’ASPRONA

Thèse réalisée en cotutelle sous la direction de Luc Capdevila (Université Rennes 2) et de Joana Maria Pedro (Université fédérale de Santa Catarina). Le jury réunissait également Olivier Compagnon (IHEAL-Paris 3 – rapporteur), Cristina Scheibe Wolff (Université fédérale de Santa Catarina – rapporteur), Yves Denéchère (Université d’Angers – président), François Buton (CNRS – examinateur), Emmanuel Droit (Université Rennes 2 – examinateur).

Suit le texte de soutenance de Gildas Brégain présentant ses travaux:

L’internationalisation imparfaite d’une modernité nord-atlantique. Essai d’histoire croisée des politiques publiques du handicap en Argentine, au Brésil et en Espagne (1956-1982).

Gildas BREGAIN

Monsieur le président du Jury, mesdames et messieurs les membres du jury, je tiens tout d’abord à vous remercier d’avoir consacré du temps pour lire et évaluer mon travail, et de vous être déplacés – en parcourant parfois plusieurs milliers de kilomètres – pour être présents aujourd’hui,

Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont soutenu dans cette belle aventure intellectuelle, et notamment mes co-directeur et co-directrice de thèse, Luc Capdevila et Joana Maria Pedro. Dès le départ, ils m’ont accordé une grande confiance pour effectuer des recherches dans un champ historiographique en cours d’émergence, l’histoire des handicaps, avec une démarche ambitieuse d’histoire croisée, sur une aire géographique large puisqu’elle concerne trois pays, l’Argentine, le Brésil et l’Espagne. Cette confiance m’a permis de prendre le temps d’effectuer plusieurs séjours de recherche dans chaque pays, et d’élargir mes perspectives de recherche à l’échelle internationale lorsqu’il est apparu nécessaire de le faire.

L’explication a posteriori d’un travail de thèse constitue un exercice difficile, puisque la cohérence de la thèse est le fruit d’une construction longue, non linéaire, enrichie progressivement par la littérature et les sources consultées, mais également par le vécu et les émotions du chercheur. Expliquer le choix de ce sujet si particulier, la motivation profonde qui l’a nourri pendant ces nombreuses années, nécessite donc d’évoquer certains aspects de mon histoire personnelle.

J’ai commencé à m’intéresser à l’histoire des personnes handicapées au printemps 2008, suite à un concours de circonstance. Je préparais alors les concours de l’enseignement, et je me trouvais allité depuis plusieurs mois pour des problèmes au dos. Alors que je vivais une situation de handicap, j’ai été surpris d’apprendre qu’un collectif inter-associatif de personnes handicapées intitulé Ni pauvres ni soumis organisait le 29 mars 2008 une grande manifestation nationale à Paris pour exiger l’augmentation de l’Allocation Adulte Handicapé. Le protagonisme des personnes handicapées m’a beaucoup frappé, puisqu’il contrastait fortement avec leur absence en tant qu’acteur historique dans l’histoire que j’apprenais et que j’allais être amené à enseigner. Au même moment, l’administration française refusait de m’attribuer un siège adéquat pour composer à l’examen, et m’obligeait à composer sur un siège d’amphithéâtre en mauvais état, sous le prétexte que je ne pouvais pas présenter de certificat de travailleur handicapé. Cette incompréhension de la part de l’administration m’a profondément bouleversé. Cela m’a conduit rapidement à demander le certificat de travailleur handicapé et à envisager une recherche sur les mobilisations politiques pour les droits des personnes handicapées dans une perspective comparée. Obtenue quelques mois plus tard, la reconnaissance de travailleur handicapé m’a permis de candidater à une bourse de doctorat fléché handicap du CNRS et de l’obtenir.

Cette thèse s’insère dans le courant de la disability history, un courant historiographique anglo-saxon qui n’est pas encore institutionnalisé en Europe ni en Amérique Latine, et qui s’attache à écrire l’histoire des personnes handicapées à partir d’une conception sociale et culturelle du handicap. Par contre, je reste réservé vis-à-vis de la majorité des travaux des disabilities studies, qui, malgré leur diversité, restent dans leur grande majorité des ouvrages de sociologie très théoriques, centrés sur le monde occidental et parfois caricaturaux. Leurs résultats me paraissent pour l’instant peu utiles pour les historiens. Certains auteurs se sont inspirés des études postcoloniales pour construire une vision plus nuancée des mécanismes de domination et de résistance des personnes handicapées. Clare Barker met en avant l’utilité de la littérature postcoloniale pour comprendre la complexité du phénomène du handicap, qui est fortement lié à la culture et ne peut en aucun cas être interprétée de manière simplifiée ou schématique comme c’est le cas avec le modèle social du handicap construit dans la sphère anglo-saxonne. Toutefois, les réflexions sur les liens entre le postcolonialisme et le handicap me paraissent peu opératoires pour les recherches que je mène, dans la mesure où ces analyses ne permettent pas de cerner la complexité des vécus diversifiés des personnes atteintes de déficiences, dont la catégorisation comme “handicapées” est variable dans le temps et les espaces sociaux qu’elles fréquentent. Ces études n’apportent en particulier aucun éclairage sur les mutations historiques des relations entre les personnes catégorisées comme « handicapées » et comme « valides » dans les sociétés postcoloniales.

Je vais maintenant m’attarder sur ma démarche méthodologique, dans un premier temps sur le choix de l’Argentine, du Brésil et de l’Espagne comme zone d’étude privilégiée, et dans un second temps sur le recours à l'”histoire croisée”.

L’étude de ces trois pays est le résultat de choix scientifiques. Après plus d’une année de plongée dans des sources issues de plusieurs pays (dont la France, l’Argentine, l’Espagne, l’Uruguay et le Paraguay), j’ai finalement décidé de privilégier l’analyse des cas argentin, brésilien et espagnol. Il a rapidement semblé logique d’étudier l’Argentine et le Brésil, qui constituent les deux puissances d’Amérique du Sud, puisque leurs politiques sociales rayonnent souvent à l’échelle régionale. Les premiers résultats de la recherche indiquaient d’ailleurs que l’Argentine était le premier pays d’Amérique Latine à avoir adopté une loi de protection intégrale des personnes handicapées en 1981, et plusieurs fonctionnaires argentins avaient ensuite été missionnés en Uruguay et au Paraguay pour élaborer les projets de législation sur le handicap.  D’autre part, les sources indiquaient que l’Espagne jouaient un rôle polarisateur dans la circulation des informations sur le handicap dans la sphère ibéro-américaine pendant le premier tiers du XXe siècle et à partir de la fin des années 1960. Ces trois pays (Argentine, Brésil, Espagne) connaissent des régimes dictatoriaux au cours des années 1960 et 1970 qui entravent les mobilisations politiques pour les droits des personnes handicapées. Ils partagent également une proximité linguistique facilitant les échanges entre eux. Les langues espagnole et portugaise sont toutes deux marginalisées dans les institutions intergouvernementales, dominées par l’anglais et le français pendant la période étudiée. De ce fait, la terminologie sur le handicap de ces pays est souvent le résultat de l’appropriation et de la traduction des dénominations francophones et anglosaxonnes par les acteurs locaux.

La réalisation d’un master sur une histoire comparée de l’émigration syrienne et libanaise en Argentine, en Uruguay et au Paraguay m’avait déjà familiarisé avec certains principes de l’histoire comparée, et m’avait persuadé de la pertinence de cette démarche. Quelques années plus tard, la lecture de l’article de Michael Werner et Bénédicte Zimmerman sur l’histoire croisée m’a convaincu de privilégier une démarche d’histoire croisée pour l’étude de mon sujet de doctorat, et ce d’autant plus qu’elle était préconisée par l’un des meilleurs spécialistes des politiques publiques comparées, Patrick Hassenteufeul. L’article de Michael Werner et Bénédicte Zimmerman a constitué une source de réflexion stimulante puisqu’il envisageait une perspective de recherche très complexe, combinant la comparaison et l’étude des transferts culturels, l’analyse de la variabilité historique de l’objet de comparaison, et la prise en compte du jeu d’échelles.

En cela, ces auteurs approfondissaient une réflexion sur l’histoire comparée certes déjà entamée par Marc Bloch dans un article fondateur de 1928, mais peu suivie d’effet au cours du vingtième siècle. Rares ont été les historiens à procéder à une analyse comparée des sociétés voisines et contemporaines “sans cesse influencées les unes par les autres”, tout en prêtant attention au changement de sens des concepts et du vocabulaire “selon les milieux et les temps” (p. 32) comme le recommandait Marc Bloch. De ce fait, l’histoire comparée recouvre une palette d’études très diversifiées, dont certaines ne sont élaborées qu’à partir de matériaux secondaires, tandis que d’autres ne prêtent pas attention aux transferts culturels.

La création du terme d’histoire croisée permet donc de réaffirmer la nécessité renouvelée d’une histoire comparée ambitieuse, prenant en compte les transferts culturels, la variabilité des concepts et du vocabulaire dans l’espace et le temps, et le jeu avec les échelles spatiales. Par l’énonciation même d’un nouveau concept, l’histoire croisée, les auteurs incitent leurs collègues historiens à suivre ce cadre d’analyse très exigeant en terme de réflexivité, d’étendue des sources et des langues à maîtriser.

D’autre part, l’intitulé de cette démarche insiste davantage que le concept d’histoire comparée sur la multiplicité des transferts à prendre en compte, sur la réciprocité et les possibles effets de réversibilité dans les échanges culturels.

C’est à la fois la volonté de suivre les principes de l’histoire croisée, et la conviction profonde que les circulations observées dans les trois pays étudiés échappaient à ma compréhension, qui m’ont amené à visiter les archives des organisations intergouvernementales (OIT, UNESCO, OMS, ONU) au début de ma quatrième année de thèse, puis à y retourner à plusieurs reprises au cours de la rédaction de cette thèse. Ces sources se sont rapidement révélées complémentaires des multiples sources nationales que j’avais déjà dépouillées : sources associatives, administratives, journaux officiels et parlementaires, presse générale, revues associatives, entretiens. Malgré le temps et l’énergie passée à retrouver des sources similaires dans les trois pays, les modalités de conservation et d’accessibilité des sources diffèrent selon les pays et ne m’ont pas permis de consulter des sources identiques à chaque fois. L’administration argentine a par exemple conservé très peu d’archives sur la période de la dictature, contrairement aux administrations brésiliennes et espagnoles. J’ai fouillé dans les archives d’importantes associations d’aveugles en Argentine et au Brésil, mais la direction de la ONCE en Espagne m’a refusé l’accès à ses archives. La comparabilité du matériel empirique reste pour moi un idéal à atteindre, mais n’est pas une condition indispensable à la réalisation de la comparaison. Des sources fragmentaires permettent tout-à-fait au chercheur de formuler des problématiques et d’y répondre. La présence de sources dans un ou deux pays sur trois offre à l’historien la possibilité d’homogénéiser son questionnaire, ce qui est fondamental.

Ce sont finalement les sources intergouvernementales qui ont facilité la construction d’un cadre cohérent d’analyse, puisqu’ils permettent de saisir tout à la fois la genèse des normes internationales, les objectifs de l’action des organismes intergouvernementaux et des ONG, les mécanismes et les limites de cette action dans chacun des pays étudiés. Pour mieux comprendre les dynamiques à l’œuvre à l’échelle internationale, j’ai consulté avec profit certains travaux de sciences politiques sur les réseaux militants transnationaux, des études sur la construction du droit international, et certains articles sur l’histoire transnationale.

J’ai découvert dans ces archives que les organisations intergouvernementales (OIT, OMS, ONU) promeuvent à la sortie de la seconde guerre mondiale un nouveau projet d’innovations sociales dans le domaine de la réadaptation, qui s’inspire des expériences anglo-saxonnes et nordiques. Ce projet se caractérise avant tout par une légalité libérale dans le domaine de l’emploi, avec le refus des mesures de quota appliquées aux entreprises privées, la croyance en une productivité potentiellement égale des invalides, la valorisation du placement sélectif en milieu compétitif pour les travailleurs handicapés productifs, la constitution d’ateliers protégés pour les personnes jugées peu productives et celles au chômage, et une tendance à l’égalisation des conditions de vie des personnes invalides avec les valides. L’adoption de la recommandation sur la réadaptation professionnelle des invalides par la conférence internationale du Travail en 1955 entérine définitivement un basculement vers des légalités libérales dans le domaine de l’emploi des invalides. Cette recommandation valorise le droit à l’égalité des chances professionnelles dans le cadre d’une économie de marché, principe défendu par le patronat et les gouvernements dirigeants le bloc capitaliste, au détriment du droit garanti à l’emploi défendu par certaines associations d’anciens combattants. De ce fait, elle exclut un grand nombre de personnes handicapées de l’accès à un emploi en milieu ordinaire correctement rémunéré.

Ce projet d’innovation sociale se caractérise également par le principe de coordination des politiques sectorielles, et par une tendance à l’égalisation des droits entre toutes les catégories d’invalides, par la promotion de la mobilité et du sport de compétition, et par le partage des responsabilités entre les organismes publics et les associations privées. Le développement de cette politique internationale de réadaptation s’accompagne de la légitimation de nouvelles professions médicales ou paramédicales, de nouveaux matériels techniques, et de nouvelles configurations institutionnelles.

La lecture de plusieurs textes sur la modernité m’a persuadé de la possibilité d’employer le terme de “modernité nord-atlantique de la réadaptation” pour désigner cet ensemble de normes légales, de configurations institutionnelles, de spécialités professionnelles et de vocabulaire spécifique basées sur les expériences diverses des pays de l’espace nord-atlantique qui s’institutionnalisent à cette époque.

Mon étude s’intéresse à l’influence d’une modernité, la modernité nord-atlantique de la réadaptation (en anglais rehabilitation) sur trois pays des mondes ibériques. Les études post-coloniales critiquent largement l’idée que la modernité de l’occident s’est étendue au reste du monde. Utiliser la notion de “modernité” ou de “modernisation” court donc le risque d’apparaître comme occidentalo-centriste. J’ai tenté, dans l’introduction de ma thèse, de défendre une conception dynamique et non linéaire de la modernité, dont les attributs et l’assise géographique peuvent varier au cours du temps. La lecture du chapitre très instructif sur la modernité de Frederick Cooper m’a persuadé qu’il était possible d’utiliser la notion de modernité pour désigner des projets d’innovations sociales explicitement désignés comme “modernes” par les acteurs sociaux à un moment précis. En effet, ces discours sur la modernité permettent aux acteurs sociaux de rejeter catégoriquement l’orientation d’une politique sectorielle en la qualifiant d’ « archaïque », et de revendiquer la mise en place d’une politique sectorielle orientée différemment. Or, justement, à la fin des années 1940, les spécialistes anglo-saxons et nordiques présents dans les organismes intergouvernementaux qualifient les méthodes nord-atlantiques de la réadaptation de “modernes” afin de disqualifier les méthodes européennes de la rééducation, qui valorisaient notamment l’idée du quota d’embauche obligatoire d’invalides dans les entreprises privées. La notion de modernité nord-atlantique de la réadaptation me semble donc pertinente à l’échelle internationale.

J’ai tenté d’éviter tout occidentalo-centrisme en envisageant l’existence possible d’autres projets d’innovations sociales au retentissement mondial dans le domaine de la réadaptation, pouvant également être conceptualisés selon la polarité tradition/modernité. J’ai alors découvert l’existence de projets alternatifs mais qui n’ont pas connu le même degré d’institutionnalisation à l’échelle internationale que le projet de réadaptation promu par les pays de l’espace nord-atlantique.

Basée sur l’empirie, mon étude tente de périodiser et de spatialiser cette modernité nord-atlantique de la réadaptation – y compris ses mutations et sa diversité interne-, et de cerner les limites de son internationalisation dans les trois pays étudiés. Les organismes intergouvernementaux (ONU, OIT, OMS) envoient des experts internationaux spécialisés sur le handicap dans ces trois pays à la même période, au cours des années 1956-1959. Ces experts tentent alors de promouvoir des politiques publiques conformes aux principes de la modernité nord-atlantique. D’autres circulations contribuent à l’influence de la modernité nord-atlantique dans les pays concernés : celle des médiateurs des ONG, celle des boursiers en recherche d’une spécialisation professionnelle, celle du matériel technologique, celle de la littérature scientifique. Les éléments de la modernité nord-atlantique de la réadaptation sont exportés par les organisations intergouvernementales et non gouvernementales, et sont appropriés et revendiqués par les acteurs locaux. Néanmoins, les acteurs qui se sont au préalable appropriés les références des méthodes européennes de la rééducation peuvent freiner ou s’opposer aux préceptes de la modernité nord-atlantique de la réadaptation.

Par leur action, les organisations internationales favorisent la convergence progressive des politiques publiques du handicap des trois pays étudiés autour de référents communs (concepts de normalisation, d’intégration, de barrières architecturales). Elles imposent leur marque sur l’orientation des lois dans le domaine de l’emploi des personnes handicapées, sur le découpage professionnel des spécialités rattachées à la réadaptation, sur les catégories de bénéficiaires et leur intitulé. Elles aident les gouvernements à développer des politiques nationales de réadaptation conformes au modèle nord-atlantique, en favorisant la formation des personnels spécialisés, l’organisation d’ateliers de prothèses, en proposant des législations interdisant les discriminations d’accès à l’emploi, en aidant à l’installation de centres modernes de réadaptation et d’ateliers protégés. Mais leur intervention ne se solde pas par une réussite complète, car les gouvernements mettent du temps à adopter les politiques nécessaires, et n’investissent pas suffisamment d’argent dans les infrastructures, la formation professionnelle et le développement technologique. De ce fait, et même si les administrations des trois pays s’impliquent de manière croissante dans l’assistance aux personnes handicapées, les services mis en place ne couvrent qu’une partie minoritaire des besoins jusqu’au début des années 1980. D’autres facteurs concourent à faire échouer partiellement l’intervention des organismes intergouvernementaux, comme l’inertie des administrations, des associations et des infrastructures de soins. Finalement, les trois pays adoptent tardivement deux critères fondamentaux de la modernité nord-atlantique : le vote d’une loi de protection intégrale des personnes handicapées, et la création d’un organisme interministériel de coordination des politiques du handicap.

            Par le biais de cette thèse, je tente d’apporter un regard neuf sur les enjeux géopolitiques des politiques du handicap pendant la guerre froide, et sur l’histoire des politiques sectorielles du handicap dans chacun des pays étudiés. Mon étude contribue aussi à promouvoir les mouvements sociaux de personnes handicapées comme objet d’étude en histoire, car ils sont largement ignorés par la littérature historique sur les mouvements sociaux, notamment celle des années 1968. Enfin, j’essaye de contribuer au renforcement de deux courants historiographiques en cours d’émergence, l’histoire visuelle et l’histoire des émotions, en suivant leurs postulats dans l’analyse de mes sources.

Sur le plan méthodologique, je définis ma posture comme une variante de l’histoire croisée, dans laquelle la singularité de la trajectoire nationale ne prend sens qu’à travers la compréhension de l’étendue du champ des possibles imaginés à l’échelle internationale, la compréhension de la genèse des normes diffusées par les organisations intergouvernementales, et du déploiement des actions internationales. Cette perspective de recherche permet de comprendre les convergences et les divergences des trajectoires nationales observées, tout en favorisant une approche non ethnocentriste. Pour parvenir à cet objectif, l’apport des autres sciences sociales m’a semblé fondamental, que ce soit la sociologie, les sciences politiques, le droit, et même l’anthropologie.

Ma contribution à une histoire transnationale du handicap reste modeste, du fait du cadre chronologique restreint étudié, du nombre limité d’archives d’organismes internationaux consultés, et des limites linguistiques qui sont les miennes. Il serait à mon avis très utile d’élargir chronologiquement cette étude de 1918 à 1989 pour améliorer la compréhension des dynamiques internationales.

Enfin, suite à cette étude, mon intérêt se tourne vers le secteur du bien-être des aveugles, qui semble être le véritable laboratoire des politiques publiques du handicap pendant la première moitié du XXe siècle. La consultation de plusieurs sources sur ce sujet pendant ma thèse m’a conduit à envisager l’écriture d’une histoire transnationale des individus atteints de cécité sur la période 1879-1975. Cette période, qui court de la première conférence universelle pour l’amélioration du sort des aveugles et des sourds- muets (1879) jusqu’à l’approbation de la Déclaration internationale des droits des personnes handicapées (1975) qui dissout définitivement la spécificité de la cause des aveugles au sein de la cause des personnes handicapées, semble constituer un siècle fondamental dans la construction internationale de la cause des aveugles. Cette cause connaît de multiples transformations au cours du XXe siècle, qu’il s’agirait de cerner par une étude approfondie des archives des organisations intergouvernementales, des ONG, des associations nationales liées à la cause des aveugles, des archives administratives et coloniales de nombreux pays. Le fait de se centrer uniquement sur la question des aveugles doit permettre de mieux analyser les échanges transnationaux qui conduisent à la délimitation de certains droits pour les aveugles, et de réaliser une prosopographie des membres de ces réseaux. Les premiers réseaux transnationaux regroupent essentiellement des occidentaux, mais ces réseaux s’élargissent rapidement grâce aux voyages entrepris par des intellectuels aveugles dans les colonies, notamment britanniques et françaises, et dans les Amériques.

Comme c’est le cas dans la construction des droits des personnes handicapées après la seconde guerre mondiale, les enjeux géopolitiques jouent donc un rôle fondamental dans la constitution des réseaux transnationaux, dans la délimitation des droits des aveugles et dans leur diffusion à l’échelle transnationale.

Je vous remercie pour votre attention.”


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
chacal (5 juin 2014). Essai d´histoire croisée des politiques publiques du handicap en Argentine, au Brésil et en Espagne (1956-1982). Les carnets du CHACAL. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmn8